SkeRetroGameShow #1 – Dishonored

SkeRetroGameShow #1 – Dishonored

28 juillet 2014 0 Par Skerelex

 

 

Bonsoir et bienvenue dans cette première chronique du SkeRetroGameShow! Avant toutes choses, vu que c’est votre baptême de SkeRetro, je vous propose quelques consignes et explications.

 

Cette chronique consiste à exposer l’intégralité du contenu d’une de ces merveilles technologiques et distractives qui se manient à la manette ou encore à la sourie et au clavier; en clair, présenter un jeu vidéo. Attention, quand je dis présenter un jeu, c’est sous tous ses angles, ou du moins 4 principaux angles sur lesquels je me baserais: Histoire, Graphisme, Audio, Jouabilité, tout ça précédé par une Vue d’Ensemble en guise d’intro! Le jeu n’est pas forcément récent, cela peut être un jeu qui date d’il y a 10 ans! Quelques consignes: Équipez d’un porte monnaie (au cas ou le jeu vous plais) et d’un calepin pour noter des quelconques erreurs (au cas ou la chronique vous déplais). Si vous pouvez vous procurer une denrée ou même hydromel de n’importe quel type, n’hésitez pas, cela vous permettra de passer un agréable moment de lecture! Assez blablaté pour ne rien dire, passons au jeu d’aujourd’hui:

– Dishonored –

 Vue d’Ensemble:

 

Vous en avez sûrement déjà entendu parler comme étant le meilleur jeu de l’année 2012 (oui, je commence fort avec une bête de compétition), et bien il vaut vraiment le détour! Dishonored est un RPG joué à la première personne, développé par une boite française, Arkane Studios, car il n’y rien de mieux que la maison pour faire du bon chocolat! Ils sont épaulés par les géants éditeurs Bethesda qui sont les développeurs des très connus et réputés The Elders Scrolls! Le jeu est plongé dans un univers sombre entre steampunk et paranormal, et le bougre défends bien sa place de meilleur jeu de l’année 2012 avec une histoire des plus passionnante, des graphismes minimalistes mais du plus grand effet, et une musique à vous en foutre les jetons!

 

Histoire:

 

L’histoire se déroule dans un empire infesté par la peste. Vous jouez le rôle du protecteur de l’impératrice, qui êtes partit quêter auprès des autres empires pour savoir s’il existait un antidote. Il se trouve que le jour ou vous rentrez de votre périple et que vous allez voir l’impératrice pour lui rendre compte des résultats de vos recherches, celle ci se fait assassiner devant vos yeux par d’étranges personnes ayant la capacité de plier l’espace temps et pouvant se téléporter. Ceux ci fuient avec la fille de l’impératrice et vous êtes enfermés et pris pour le tueur de cette dernière. Vous devez découvrir qui a monté ce coup contre vous, et sauvez l’héritière de l’empire. Attention, si vous cliquez sur ce spoiler, vous allez être… Ben… Spoilé. Je vous conseille de ne pas cliquer dessus si vous voulez découvrir la suite de l’histoire par vous même! [spoiler]Il se trouve que vous avez été enfermé par ceux qui semble être les leaders de l’armée et la garde impérial, qui convoitent le trône et qui profitent tout les deux de cet assassinats pour s’autoproclamer régents. Vous arrivez à sortir de prison et rejoignez une organisation révolutionnaire qui compte renverser cette régence. Votre quête primaire est d’assassiner ceux qui convoitent le trône et de récuperer la fille héritière. Mais après le travail fait, vos compagnons de l’oragnisation révolutionnaire décident de se débarasser de vous pour eux même arriver au pouvoir. Vous survivez et êtes envoyé au plus prêt de la mort par l’assassin de l’impératrice et ses sbires. Après qu’ils vous aient enfermé, vous vous échappez et parvenez à tuer votre raviseur. Votre unique but est de retrouver la fille héritière et de la mettre au pouvoir. Pour ça il vous faut tuer les dirigents de l’organisation révolutionnaire qui la détiennent. C’est en arrivant en haut du grands phare de la ville que vous revoyez enfin la jeune héritière, mais celle ci est enmennée à la mort avec l’un des dirigeants quand vous voulez la sauver. Votre histoire se termine ainsi, et celle de l’empire en même temps.[/spoiler]

 

Graphisme:

 

Tout à l’heure j’ai parlé de graphismes minimalistes. Et bien disons qu’il ne sont pas minimalistes non plus, mais plutôt particulier! Je m’explique, les graphismes de ce jeu n’ont pas pour but d’être extrêmement réalistes, ils sont même presque dans le genre du cartoon. Ce qui va complètement à contre-pied de ce qu’on attend d’un FPS/RPG sur un univers très sombre (exemple: Les derniers jeux « Batman »). Du coup, quand on commence le jeu, on a une agréable surprise de graphismes très simples, mais complets et dont le rendu est surprenant! Enfin, quand même, ça aurait cool aussi si on avait pu avoir autant de détail que sur la jaquette du jeu quoi..!

 

Audio:

 

Comment mettre la pression à un joueur en quelque secondes? Prenez un orchestre à cordes jouant uniquement des accords inquiétants, avec un en-diablement dès que vous entrez en contact avec un ennemis; ajoutez-y une ambiance glauque, entre grincement et annonces répétitives faites sur les hauts parleurs postés un peu partout dans la ville; et couronnez le tout par un bourdonnement sourd qui vient et va! Il y a tout dans la bande audio de ce jeu, je dis bien, tout pour avoir peur. Même dans les moments calme ou vous êtes dans une zone de repos, le spectre sonore sera là pour vous inquiéter. Et il n’y rien de mieux qu’une telle ambiance pour un jeu de ce genre!

 

Jouabilité:

 

Prise en main des contrôles et des actions bonnes, même si certains contrôles ne sont pas assez mis en avant dès le début du jeu (le fait de pouvoir voir les gens en se penchant tout en restant caché par exemple). Le jeu peux paraître du coup assez compliqué quand il s’agit d’être discret ou simplement de pouvoir se défendre face à certains ennemies. Question de maniabilité, le personnage est plutôt agréable à jouer lorsqu’il s’agit d’exploration, et deviens immédiatement bien plus lourd lorsqu’il s’agit de combattre… Les ennemis ne font pas la queue pour vous taper, et heureusement, mais notre héros lui deviens assez lent et bloqué de tout les cotés dès qu’il y a plus de trois ennemis autour de vous. Votre meilleur arme..? Et ben… La fuite!

 

Et après..?:

 

Ben après, y’a la Game Of The Year Edition. Et ça c’est juste de longues heures de plaisir supplémentaire! Elle est composée de 4 extensions, dont deux dans le même genre que la campagne classique, et deux autres d’épreuves (arcade) et d’un arsenal supplémentaire. En conclusion: Un excellent jeu qui vaut son pesant de cacahuètes! Il mérite amplement le titre de meilleur jeu de l’année 2012. Si vous avez les moyens de vous le payer, n’hésitez pas un instant!

http://www.youtube.com/watch?v=zcSc4uBc3nQ

Et bien voilà pour Dishonored! Autant faire une fin simple: je vous dis à la semaine prochaîne pour la présentation d’un nouveau jeu! Bye!