SkeRetroGameShow #4 – Driver San Francisco

SkeRetroGameShow #4 – Driver San Francisco

15 août 2014 1 Par Skerelex

Bien le bonjour à vous tous, c’est |Skerelex| ! J’espère que vos vacances se passent bien et que vous profitez bien de ce dernier mois de repos avant de reprendre le boulot ! Il n’empêche que cette semaine, c’est moi qui ai du pain sur la planche. D’autant plus que nous changeons de type de jeu aujourd’hui, nous allons découvrir un petit Jeu de course/RPG du nom de…

– Driver San Francisco –

Vue d’ensemble :

Ah… Ça vous a jamais tenté d’aller à San Francisco..? Mais vous avez pas forcément les moyens n’est-ce pas… Et bien c’est le moment pour décoller de votre canapé et prendre des vacances en jeu vidéo !

Driver n’est pas une série vidéo ludique très connue et dans un type peu commun : Le Jeu de course/RPG, c’est à dire que vous faîtes évoluer un personnage dans une histoire, mais tout ça en jeu de course. Ce qui fait la différence avec par exemple Need For Speed : The Run et Need For Speed : Hot Pursuit, c’est qu’il y a là une vrai histoire avec une « Main Quest » et des missions annexes, alors que The Run est juste une succession de courses et Hot Pursuit est une suite de missions sans trame d’histoire. C’est pourquoi je vais classer ces deux-ci en temps que Jeu de courses arcade.

Ça c’était pour la parenthèse « étiquette de jeu », maintenant parlons un peu contexte. Dans la série des Driver, vous jouez un policier infiltré dans la mafia et vous devez déjouer tout leurs tours… A l’aide de votre conduite. Sinon le nom du jeu n’aurait aucun sens. Plutôt simple non ?

Driver San Francisco est le troisième volet de la série, car non je ne considère pas Driv3r et Driver: Parallel Lines comme étant des épisodes de la série, et ça pour une simple raison, à partir de Driv3r, Tanner peux sortir de sa voiture (il pouvait le faire dans Driver 2) et prendre des armes (ça il ne pouvait pas) et ça transforme le jeu en un faux GTA de mauvaise qualité. Les puristes seront d’accord avec cette exclusion.

Assez parler de la série, je sens que vous vous endormez devant votre lait de coco et que vous voulez en savoir plus sur l’histoire de ce jeu, alors c’est partit !

Histoire :

Début du jeu, musique année 70, au volant d’une Dodge Challenger R/T vous suivez le transfert de votre pire ennemi Charles Jericho, celui ci étant condamné à purger sa peine en prison. Sauf que Jericho a tout prévu et parvient à s’échapper. Il vous tends un piège, qui vous mène à un violent accident.

Alors spoiler, ou pas spoiler ?

Je vais faire court. Sans spoiler : Vous vous lancez à la recherche de Jericho, mais celui ci a toujours un coup d’avance et alors que vous vous creusez la tête quand aux nombreux complices qu’il a, il prépare son mauvais coup. Allez vous réussir à l’arrêter ?

Et voilà le spoiler :

[spoiler]Tanner est en faite dans le coma après son accident au début du jeu, et toutes ses investigations et missions afin de retrouver Jericho sont dans sa tête. Seulement, les événements qui se déroulent dans sa tête se déroulent aussi dans la vraie vie.[/spoiler]

Je sais que c’est plutôt court comme synopsis, mais j’essaye un maximum de conserver le plaisir de la découverte.

Graphismes :

Et bien après plus de 10 ans que la série d’origine n’avait pas continué, c’est sur qu’on a un gros changement graphique, mais même entre celui ci et Driver : Parallel Lines (2006), la différence est marquante. Driver San Francisco est le Driver de nouvelle génération, ce qui veux dire le Driver en HD.

Pour ce qui est de la modélisation des voitures et du rendu des dégâts d’un accident et bien, on est un peu déçu… Par moment la voiture a beau faire des tonneaux et être pas loin de se déchirer la toiture, le rendu n’est que de quelques éraflures et un poc sur le pare-brise…

Pour ce qui est des décors de la ville en elle même, et bien, j’ai fais quelques vérifications (à l’aide de Google Maps) et la ville que nous propose le jeu est un réplique fidèle à la réalité. Donc si vous voulez visitez San Francisco en voiture, et ne pas avoir à payer le voyage en avion, l’hotel et la location de voiture, et bien, achetez vous Driver… Ou… Allez sur Google Maps !

 

Audio :

Le but recherché est de plonger le joueur dans un univers 70’s. Alors pour ce qui est des bruitages, c’est vrai que le moteur fait un son plutôt vintage et la plupart des klaxons des vielles voiture sont reproduit à l’identique des originaux… Mais j’aimerais savoir ce que font The Prodigy dans la BO du jeu ! Pour ceux qui ne connaissent pas, Prodigy est un groupe d’electro/rock, est ce que quelqu’un les imagine avec des patte d’eff’ et des coupes afro ??

SRGS4 MDR

 

 

Je suis un pro du montage photo…

 

 

 

Jouabilité :

 

Je vais pas tellement parler de la jouabilité mais plutôt du rapport entre ce qu’on voit sur l’écran et ce qu’on fais sur la manette aujourd’hui car la jouabilité est très classique pour un jeu de course.

Toujours dans le but de nous plonger dans les années 70, on a quelques clin d’œil sympathique qui nous apparaissent, comme par exemple, dans la vue intérieur de la voiture, lorsque vous braquez à droite, le conducteur vas devoir faire plusieurs tour de volant afin d’arriver à complémentent braquer, comme dans les anciennes voitures.

Avec pleins de petits clins d’œil comme celui ci, la vue de jeu la plus agréable est celle de l’intérieur, et pour tout vous dire, j’ai fini le jeu dans cette vue, et il n’y a rien de plus immersif !

 

Et après..?:

Pas grands chose de plus. Il y a en tout à peu près 5h de jeu pour finir la campagne principale et 15h de jeu pour finir toutes les missions annexes et débloquer toutes les voitures et options. Mais, il n’y a pas d’après Driver San Francisco malheureusement…

 

 

Et bien voilà pour cette semaine ! Je vous souhaites un très bonne fin de vacances, en attendant, je vais aller me faire bronzer les oreilles sur l’île de Farcry 3 moi !

À dans deux semaines !